Blog d'une future agri

14 octobre 2011

Semaine du goût

http://videos.arte.tv/fr/videos/la_face_cachee_du_chocolat_extrait_-4173336.html Moyen âge d'aujourd'hui.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chocolat une histoire sur la ruralité et les femmes en 1959. ma mère avait 4 ans... Moyen âge d'hier.

 

Posté par Proagriasso à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 octobre 2011

Pondre ou ne pas pondre

lire "Madame la poule"

http://livre.fnac.com/a1517179/Jean-Pierre-Blanpain-Madame-la-Poule

et mettre les piles de son horloge biologique dans son vibro.

 

Posté par Proagriasso à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2011

Le réveil de la Haute-Savoie

Edition du JT 19/20 régional Alpes du 3 mai 2011

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=REGIONS

Dans les cantines des savoies :

29% des légumes consommés sont issus de l'agriculture locale

28% des fruits

la viande ne vient jamais des Alpes

Patrice Jacquin, président de la Chambre d'agriculture de la Savoie, regrette le manque d'organisation des producteurs vers ce marché des cantines scolaires.

Les enjeux sont multiples. En toile de fond un discours sur la qualité des produits locaux, la fierté de voir ses produits dans l'assiette de ses enfants et des élèves du département, mais aussi le sentiment pour les agriculteurs de passer à côté d'un débouché porteur.

Le président de la Chambre d'Agriculture de Savoie a insisté sur le fait que les éleveurs de Savoie voient leurs charges d'aliments à base de céréales augmenter et que donc il était important de pouvoir répercuter cette augmentation des charges sous forme d'augmentation du prix de la viande.

Moyens nécessaires à mettre en place avec les collectivités locales :

Plate-formes de livraison + Evolution de la règlementation des marchés publics

Rappel du contexte économique des Savoies :

Départements au revenu moyen des foyers plutôt haut par rapport à d'autres départements français (tourisme, hotellerie restauration, fromages AOP, proximité de l'agglomération de Genève).

Relief très prononcé impliquant de nombreux kilomètres pour déservir une vallée via les transports routiers.

Départements plutôt orientés vers l'élevage et, compte tenu du relief, vers le pâturage, ce qui implique pour beaucoup d'exploitations des charges d'intrants pour l'alimentation des animaux, à base de céréales pour les porcs, les volailles, les bovins, caprins, ovins.

Conclusion : Si les Savoyards et Hauts Savoyards eux-même ne peuvent pas se permettre de manger leurs propres produits agricoles alors il faudra qu'ils continuent de trouver des débouchés correspondants à leurs coûts de production. Ils sont peut être parfois un peu autonomistes, mais ils ne sont pas autonomes.

Posté par Proagriasso à 20:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Carbone

"Vous couvrez de ciment les terres labourables, vous abattez les arbres pour élever des asiles afin d’abriter les gens qui sont devenus fous de ne plus jamais voir d’arbres"

James Thurber dans Dialogue avec un lemming

En lisant cet extrait j'ai immédiatement imaginé le lemming causant avec Claude Allègre. Cet éminant géologue qui a étudié le passé géologique et climatique de la planète sur des périodes géologiques où pendant longtemps l'espèce humaine n'existait pas connait le rôle du climat sur la biosphère et sur la modification des écosystèmes. Ces connaissances sont au combien utiles dans le domaine de la recherche d'hydrocarbures car la transformation de matière organique en ressources énergétiques passe par de nombreux processus géologiques qui compose la diagénèse (passage d'un sédiment à une roche) et qui sont intimement liés aux variations eustatiques (variation relative du niveau moyen de la mer ou de l'océan par rapport au continent supposé immobile).

Les variations eustatiques peuvent avoir différentes causes :

-> tectoniques ( proximité d'une zone de subduction, d'une zone de collision, d'une dorsale) ou sédimentaires : conséquence sur le volume des bassins océaniques ( forme et taille du récipient)

-> fonte ou accumulation de glace ( cause climatique)   :  conséquence sur la masse d'eau (volume de liquide contenu dans le récipient )

La connaissance des liens entre :

- latitude de la plaque tectonique,

-climat de l'époque en question,

-végétation,

-capacité de recyclage des débris organiques par l'écosystème local,

-érosion,

-transport des débris par les courts d'eau,

-sédimentation, maturation en roche carbonée et piégeage des hydrocarbures dans les pores des roches pièges,

a donc une importance cruciale dans la compréhension de l'évolution de la matière organique en sédiments puis en roches carbonée et pour l'exploitation des hydrocarbures.

MAIS

Ce n'est pas parce que pour une plaque tectonique donnée et à un moment donné de l'histoire géologique il y a un lien de cause à effet entre latitude-climat et végétation-stockage de matière organique...

qu'il n'y a pas un lien entre activités humaines et fonte ou accumulation de glace sur la planète.

Que les géologues s'occupent le plus longtemps possible de l'exploitation des hydrocarbures avec des forrages et des plate-formes les plus propres possibles.

Que les exploitants forestiers s'occupent le plus longtemps possible des forêts : celles qui absobent du CO2 que l'on appelle puits de carbone, celles qui sont des écosystèmes d'une biodiversité innouïe, celles qui évitent l'érosion, celles qui permettent de disposer de matériaux de constructions peu énergivores lors de leur fabrication contrairement au ciment et à l'acier. Le bois de chauffe devra rester issu de l'exploitation d'arbres inutilisables pour la construction : éclaircissage, taillis, arbres tordus, branches.

Que les géotechniciens réalisent des mesures dans les terrains en pente pour que les constructeurs puissent bâtir dans ces pentes de collines et de montagnes et que les agriculteurs puissent garder un accès à des terres labourables et mécanisables et pas seulement se retrouver bergers de troupeaux en pâturage.

Que les constructeurs et les urbanistes pensent à la reconversion des bâtiments, à la rénovation et utilisent des matériaux de construction peu énergivores : bois, pisé, pierre et que le ciment (issu de la cuisson à 1450 °C de roche calcaro-argileuse) et l'acier utilisés pour faire du béton armé laissent aussi la place au bois laméllé-collé pour les constructions importantes : infrastructures, logements collectifs en immeubles permettant de limiter le mitage urbain.

Que les écologistes continuent le plus longtemps possible de surveiller le maintien des écosystèmes, la biodiversité, les conséquences que leur dégradation peut avoir sur l'alimentation mondiale et qu'ils surveillent l'équilibre de la biosphère : sol, air, eau, végétaux, animaux sans oublier les humains.

Que les climatologues continuent d'étudier et de mesurer la fonte et l'accumulation de glace, le taux de CO2.

Que les activités humaines permettent le plus longtemps possible à l'humain de travailler dans des conditions décentes, de se loger , de se nourir , d'etre en bonne santé , d'avoir accès à l'éducation.

Conclusion : j'aime le stade des Alpes, la tour Perret et les arbres qu'il y a entre les deux.

Posté par Proagriasso à 18:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mai 2011

Les cloches sont revenues

Extrait d'un pub trouvée dans un journal télé :

poules

zoom

Réalité ou fiction ? 

Réponse : Là, la marmotte elle met les cloches dans le papier d'alu...

ou l'inverse.

Offre d'emploi d'inséminateur/trice :

IA

On est pas des quand même

Posté par Proagriasso à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 avril 2011

Question de rations pour ruminants ...

bon c'est vrai qu'il y a de sacrés différences entre :

> donner un tas d'ensilage de maïs , pur

+ un tas d'ensilage d'herbe , pur

+ un accès au foin à volonté

+ un accès aux compléments énergétiques et azotés et aux minéraux selon le niveau de production ( au DAC ou au seau)

ou 

> donner une ration complète réalisée à la mélangeuse et comprenant :

de l'ensilage de maïs

de l'ensilage d'herbe

de la paille

des compléments énergétiques et azotés

des minéraux

+ du foin à volonté

ou

> donner une ration complète sèche réalisée à la mélangeuse et comprenant :

de l'enrubanné de mélange dactyle luzerne

du foin de luzerne

de la paille

du maïs grain humide

de l'orge aplati

de la mélasse

des compléments azotés

des minéraux

Avec un système foin, séchage en grange ou pas, même variabilité de la biodiversité sans compter les différences de teneur en cellulose liés au stade de croissance ( montaison, début d'épiaison, épiaison, fin d'épiaison) :

Prairie permanente ( naturelle)

Prairie permanente avec "amélioration" au Trefle Blanc + Ray Grass Anglais

Prairie temporaire Dactyle + luzerne

Prairie temporaire Trefle Violet + Ray Grass Italien

Prairie temporaire de mélange (+ de 2 espèces de gaminées et légumineuses)

 

Alors je choisis quoi en premier ?

Le produit fini que je veux  faire, la filière et ensuite la ration qui correspond aux moyens à disposition ( STH, SCOP, assolement, matériel etc )et aux objectifs

ou alors

La ration d'abord sans tenir compte des moyens ni des objectifs.

Sachant que changer de matériels peut coûter très cher.

Posté par Proagriasso à 21:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Entreprise d'insertion : idée

Les forêts européennes privées ou non sont de moins en moins bien exploitées : absence de coupes, coupes à blanc plutôt qu'éclaircissage et jardinage...

Dans de nombreuses coupes de bois les branches sont laissées sur places ( pas rentable à ramasser) . On peut penser que la dégradation de ses branchages en humus est nécessaire à l'enrichissement du sol forestier en matière organique et que donc il est normal de laisser les branches sur place (en tas ou en bazard). Je suis quasiment persuadée qu'il y a 150 ce bois était valorisé.

Aujourd'hui, non seulement la mécanisation permettrais de rendre se travail de récupération et de valorisation des branchages moins laborieux qu'il y a 150 ans mais en plus cela permettrait de fournir de l'énergie.

Sauf que dans une commune en pleine fôret, le maire n'a même pas eu l'idée que la chaudière de l'école aurait pu fonctionner avec du bois déchiqueté. Surtout ne pas avancer trop vite non ça risquerait de faire des jaloux...

Posté par Proagriasso à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2011

Filière lait : et si l'agriculture c'était pour produire ce dont les gens se nourrissent

Volume de lait de vache collecté en 2008 en métropole : 23 122 000 000 L

                                   Volume de lait conditionné en 2008  : 3 756 950 000 L

                                   (aromatisés, pasteurisé, stérilisé, UHT, liquide infantile, entier, demi-écrémé, écrémé, bio ou non)

Soit par jour :

3 756 950 000 / 365 = 10 293 013 L par jour en moyenne

Population métropolitaine (janvier 2008) : 62 135 000 habitants

Donc il y a en moyenne 0, 165 L de lait conditionné par habitant et par jour. (10 293 013 / 62 135 000) !!!!!

82 572 exploitations productrices de lait de vache en 2008 .

Nombre de vaches laitières en 2008 : 3 794 000 donc 3 794 000 / 82 572 = 45,95 VL / exploitation

Niveau de production annuel moyen en 2008 : 6105 kg / VL soit  5927 L /VL car la masse volumique du lait est de 1,03kg/dm3

Lait moyen produit par jour de lactation (300 jours de lactation environ) : 5927 / 300 = 19,75 L produits par vache par jour.

Sources CNIEL : https://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=24/34/11887&lng=fr + calculs

à comparer avec les besoins journaliers ( 3 produits laitiers par jour)http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2000/mag1013/nu_2546_calcium_produits_laitiers.htm

Alors évidemment il y a les AOP , les IGP , etc ... bref les fromageries ... de types fruitières, artisanales, fermières, industrielles elles produisent du fromage à base de lait de vache, de chèvre, de brebis.

Faire du fromage nécessite :

1 : des matières premières : lait , ferments, présure, sel

2 : un atelier aux normes et du matériel

3 : de la main d'oeuvre (en fromagerie fermière pas moins de 6h par jours vaisselles comprises )

4 : des moyens et du temps de commercialisation ( marchés en ville, revendeurs, vente à la ferme, AMAP, Points de Vente Collectif)

Personnellement pendant toutes mes années étudiantes, j'ai consommé trois produits laitiers premier prix : du lait UHT demi-écrémé, de l'emmental (pour mettre dans les pâtes), des yaourts et je m'estime parmi les chanceuses. Personnellement je suis capable de m'adapter à peu près à n'importe quel type de régime alimentaire mais je suis persuadée que des statistiques ne montrerait pas un pourcentage énorme de consommateurs de fromages au petit-déjeuner. Le classique chocolat au lait , ou céréales au lait est bien une réalité pour beaucoup au XXI ème siècle.

Conclusion le lait liquide est bien un produit de base et beaucoup consommé ( en France comme dans de nombreux pays du monde). Pourtant certains industriels continuent de fabriquer non plus des produits de base dans l'alimentation humaine mais des produits plaisir. Un exemple : pour fabriquer de la crème dessert ce n'est pas le lait qui coûte le plus cher à l'industriel mais les additifs(épaississants, emulsifiants, colorants, arômes, sucre, bricoles croustillantes à mélanger avec) et les emballages. A l'heure où les messages de nutrition sont on ne peut plus clairs (ne pas manger trop gras, trop salé, trop sucré) certains industriels continuent de faire des économies en achetant le lait pas cher aux producteurs et avec cette économie ils se fournissent en ingrédients mauvais à la santé et en emballages pour portions individuelles dont nos poubelles débordent. Danette, La laitière, Mamie Nova, Mont blanc, remettez vous en question. Cantines scolaires, établissements de restauration collective, boycottez.

D'autre part la fabrication de fromage, basée sur la coagulation des protéines de lait, laisse échapper lors de l'égouttage beaucoup de "petit-lait" ou lactosérum , considéré comme un déchet, les fromageries tentent de le recycler via l'élevage de porcs. Ceci signifie que suivant le type de fromage, on ne fait de toute façon pas 1 L de fromage avec un litre de lait et que l'organisation ( lieu de production, matériel, temps de travail, commercialisation, gestion des déchets ) n'est pas la même si l'on fait du fromage ou du lait.

Le yaourt ne laisse pas échapper de lactosérum. Je ne taperai donc pas sur les fabricants de yaourts qui n'utilisent pas de lait en poudre mais j'ai du mal à comprendre le côté positif de la consommation d'énergie liée à la déshydratation d'une matière première, le lait, disponible dans le secteur de fabrication du produit yaourt.

La répartition de la production laitière en France est impactée par le relief géographique :

 Dans les grandes étendues de terres à faible pentes, labourables : production de lait conventionnel ( mélangeuse distributrice, ensilage de maïs, etc...).

Les zones de montagne Alpes, Jura, Vosges, Pyrénées, Massif Central : avec leurs pentes réservées aux pâturages le lait produit est principalement destiné à la fabrication de fromages AOP, longuements affinés et destinés à la dégustation plutôt qu'à l'alimentation.

Dans certains secteurs comme dans le Sud Isère par exemple, où il n'y a pas d'AOC, avec la diminution d'agriculteurs et donc du nombre d'exploitations laitières, certaines exploitations se sont vues abandonnées par les collecteurs de lait. C'est aussi une des raison pour laquelle certaines exploitations se sont mises à la transformation fromagère fermière et à la commercialisation de ce produit. Bravo à elles mais je pense qu'avant toute chose pour maintenir la collecte et la collectivisation du conditionnement de lait et de la transformation fromagère, il faut maintenir un maillage correct de producteurs de lait.

Le Massif Central transforme une quantité plus faible de lait de montagne en fromages et s'est lancé il y a déjà quelques années dans le conditionnement de lait "label montagne". C'est un produit qui répond à un cahier des charges concernant la zone de production et l'alimentation des troupeaux (pâturage), et les zones de conditionnement. D'autres laiteries , dans les Alpes ou ailleurs, pourraient s'intéresser à ce produit. Et comme l'angoisse de la sous-production de lait ne sera plus alors d'actualité, les producteurs de lait conventionnel (alimentation des vaches à base d'ensilage de maïs) pourront peut être s'intéresser d'avantage à produire un produit de meilleure qualité et en évitant l'épuisement des sols par la monoculture de maïs.

Alors maintenant il faudrait savoir si avec la crise mondiale, les stocks de fromages AOP dans les caves ne sont pas en train de grossir de façon alarmante,  il faudrait savoir si on est vraiment en excédent de production de lait liquide au point de devoir continuer à transformer du lait liquide en lait déshydraté avant de l'exporter dans des pays en développement ou émergent qui devront le réhydrater au lieu de réinvestir leur agriculture : savoir faire, innovation, développement par eux-même. 

Il y a pas mal d'inconnues pour que je puisse prendre une décision en ayant toutes les données en tête mais éthiquement je préfère quand même ne pas produire du lait avec de l'ensilage de maïs mais produire du lait liquide quand même.

Et un jour j'irai passer ma retraite en Algérie, au Mali ou ailleurs, pour voir si on peut faucher en hiver et distribuer du foin pendant la sécheresse quand il n' y plus d'herbe.

Sites à lire :

 Lait de montagne :

http://www.glac.fr/produit.php?id=99&nom=Lait+de+montagne+%3A+Monts+d%27Auvergne+UHT

http://www.laiterie-gerentes.com/from/uht.htm

http://www.reussir-lait.com/actualites/marches-entre-produits-standard-et-appellations-d-origine-le-lait-de-montagne-cherche-a-se-differencier&fldSearch=:PI7OYDFK.html

http://www.lemangeur-montagne.com/vivre-la-montagne/de-lherbe-a-lassiette-une-filiere-alimentaire-et-culinaire-de-qualite/2-denomination-montagne-en-france-et-en-europe-definition/

La filière lait en Algérie, 3ème pays importateur de lait après l'Italie et le Mexique : Quand l'ONIL met la charrue avant les boeufs en bloquant les livraisons de commandes déjà payées par les industries de produits laitiers.

http://ressources.ciheam.org/om/pdf/b14/CI960052.pdf

http://www.algeriepyrenees.com/article-la-crise-du-lait-en-algerie-encore-et-toujours-ou-en-est-on-64316795.html

http://www.youtube.com/watch?v=SGufopeqsPw

http://maghrebinfo.actu-monde.com/archives/article4036.html

Filière lait cru réfrigéré dans les Monts du lyonnais : les producteurs des Monts du lyonnais et Arc en Ciel France (http://www.arcenciel-france.org/) créent la filière Monts Lait :

le site de Monts Lait : http://lait-aec.blogspot.com/

 

Evidemment s'installer hors cadre familial est un handicap mais finalement cela permet de choisir le système de production avec lequel je veux travailler, le produit fini que je veux produire et donc la filière dont j'ai besoin.

Posté par Proagriasso à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2011

C'est coton

A l'heure où certains administrateurs agricoles de la chambre départementale "se payent" un voyage en Floride pour découvrir le management dans des exploitations cotonnières issues du colonialisme et de l'esclavagisme, d'autres tentent de donner une nouvelle vie aux paysans afghans grâce notemment à cette même plante afin qu'ils abandonnent le pavot.

Voici quelques sites pour découvrir la culture du coton :

http://www.bassirat.net/Seul-l-investissement-dans-d-autres-cultures-manque-pour-que-l-Afghanistan-cesse-la-production-de,3848.html

En Ouzbékistan : http://www.aux-pays-des-fleurs.com/article-25739123.html

Au Burkina Faso : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/textiles/02-coton-culture.html

A lire aussi : http://www.amazon.fr/Libraire-Kaboul-Asne-Seierstad/dp/2253072834

Le problème de l'eau : http://documentaires.france5.fr/tags/coton 4000 L d'eau pour 1 kg de coton

Le problème du travail des enfants esclaves : http://www.leblogtvnews.com/article-a-voir-coton-la-face-cachee-de-l-or-blanc-71749670.html

 

Posté par Proagriasso à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 février 2011

Curiosité

Les Dugommiers : Théatre à la Salle des Fêtes de Saint Etienne de Saint Geoirs le Samedi 19 février 2011 à 20h30 - 8 €

dugommier

Voir le synopsis : http://grenoble.onvasortir.com/theatre-228901.html

Posté par Proagriasso à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :